Lever les freins pour accélérer l’adoption rapide des véhicules électriques

« Les normes européennes, les politiques nationales et les stratégies des constructeurs vont désormais dans le même sens : la mutation vers le tout-électrique ». Le Monde, mai 2024.

27 mai 2024

La montée en puissance des véhicules électriques en France transforme radicalement le paysage de la mobilité durable. Et même si le volume des ventes connaît des hauts et des bas liés aux subventions,

“cela ne change rien aux tendances structurelles. Les normes européennes, les politiques nationales et les stratégies des constructeurs vont désormais dans le même sens : la mutation vers le tout-électrique”

écrit le journal Le Monde dans un article du 24 mai 2024. Pour en accélérer le rythme, il faut néanmoins lever certains obstacles.

Lever les idées reçues concernant les véhicules électriques

Il convient toujours, encore, de faire un travail d’information, de pédagogie pour populariser les véhicules électriques et lever les objections en matière de coût et d’impact carbone.


Pour ce qui est de l’information, il convient de (re)dire que la voiture électrique est la meilleure option pour celles et ceux qui recherchent un véhicule écologique et économique:

En ce qui concerne la pédagogie, Il existe des initiatives qui guident les conducteurs cherchant à passer à l’électrique. Ainsi le site Je-roule-en-electrique.fr a fait peau neuve en mai 2024 pour donner des conseils, mettre à jour ses données, et ainsi faciliter la réflexion, les réponses aux questions et in fine un passage à l’acte éclairé.

Le site permet de:

  • De choisir, grâce à son simulateur, le modèle adapté à ses besoins et son kilométrage.
  • De vérifier la disponibilité des bornes près de chez soi ou de son lieu de travail.
  • De découvrir les droits concernant l’installation d’une infrastructure de recharge.
  • D’en savoir plus sur les aides et économies potentielles ( bonus écologique, prime à la conversion, carte grise moins chère, stationnement gratuit …) et les avantages fiscaux pour l’installation de bornes de recharge.

Il est d’ailleurs important de rappeler que, au cœur de cette révolution en faveur d’une mobilité décarbonée, le déploiement de bornes de recharge joue un rôle essentiel.

Développer le réseau de bornes de recharge, public et privé.

De nombreux acteurs publics et privés investissent massivement dans le réseau de bornes de recharge publiques, tandis que les particuliers équipent progressivement leurs résidences individuelles.

Au 30 avril 2024, ce sont précisément 129 505 points déployés sur 42 711 stations selon le dernier baromètre de l’Avere.

Leur répartition se fait ainsi:

  • 43 % dans les commerces (55 304 bornes)
  • 34 % sur parkings payants (44 655 bornes)
  • 17 % sur la voirie ou sites publics (22 438 bornes)
  • 5 % dans les entreprises (6 450 bornes)
  • On compte 192 points de recharge pour 100 000 habitants et 15,2 sessions/mois en moyenne par point.

Au total, on serait près des 700 000 points de recharge publics et privés à ce jour.

En ce qui concerne les immeubles d’habitations, il faut d’abord lever le frein que représentent les coûts de l’installation collective de recharge.

Il existe des solutions concrètes, et parmi elles, Logivolt relève parfaitement le défi en finançant l’intégralité de l’infrastructure de recharge pour voitures électriques dans les copropriétés. Cela permet aux copropriétaires ou locataires d’accéder simplement à une borne de recharge.

Sans reste à charge pour la copropriété et les non-utilisateurs.

En moins de 3 ans, 4 100 assemblées générales de copropriétaires ont fait confiance à la solution Logivolt pour le financement de leur infrastructure collective de recharge, soit plus de 71 000 places raccordables et déjà 974 installations livrées.

La vidéo ci-dessus vous explique comment bénéficier de cette solution de financement innovante.